ambiance Halloween

( consigne : commencer par « Minuit sonnait à l’horloge de l’église… puis insérer les mots amour, policier, ours, mouche) atelier d’écriture au Tilvist

Minuit sonnait à l’horloge de l’église. C’était bien après les Vêpres. L’Angelus avait été chanté. « Dieu est Amour » chantaient en chœur les grenouillettes de bénitier. On se rassure comme on peut. Dieu est surtout châtiment. En bon policier, il veille à ce que sa loi soit appliquée. On peut l’imaginer comme un vieil ours acariâtre prompt à vous assommer d’un coup de patte. Ce soir-là, ou plutôt cette nuit-là, Dieu jouait aux cartes avec son pote le diable. Ils pariaient des âmes humaines et Dieu n’avait pas de bonnes cartes. Sa stratégie pour sauver les âmes ne faisait pas mouche. Diable ! Son ami gagnait la partie.

Minuit sonnait à l’horloge de l’église. Le fantôme traversa le mur de la maison, regarda dormir les enfants dans les lits jumeaux, survola les jouets éparpillés sur le sol, et entra sans bruit dans la chambre des parents, endormis bras dessus bras dessous la couette d’hiver. Le fantôme les observa longtemps, jusqu’à ce que chacun s’en aille poser sa tête sur les limites du lit. L’amour était passé par là. Ils étaient beaux à voir. «  Debout, les mains en l’air, tournez-vous vers le mur, ne bougez pas ! – Mais que se passe-t-il ? Je n’ai rien fait ! Pourquoi m’arrêtez-vous, monsieur le policier ? ». Le mari se réveille en sueur de son terrible cauchemar à côté de son épouse qui continue à dormir paisiblement. Les cauchemars le mettent de mauvaise humeur, une humeur de chien ou plutôt d’ours car tout bouleversé, il ne veut plus parler à personne tout le lendemain. Un, ours mal léché, en somme. Le fantôme s’est mouché dans son drap avant de s’évaporer dans la rosée du matin. Il laisse son meurtrier cuver son remords.

Minuit sonnait à l’horloge de l’église. Un hurlement perça le silence provenant de la lande environnante. La lune était pleine. Le loup-garou sortit du bois, attiré par ce cri qui lui semblait un appel à l’amour. Il avait bien mangé la veille et se sentait pour une fois détendu. Il longea la nationale 411, trop lourdement pour une patrouille nocturne dans ce patelin moribond, pour se retrouver droit devant un policier. Le doute s’insinua entre eux. Quel ours, ce policier, il ne dit pas un mot, pousse des grognements quand on lui parle, et surtout… il dégage une odeur de frites et de hamburger. Pas de quoi redorer le blason de la profession. «  Oui, mais je vais quand même le croquer » se dit le loup-garou. Soudain, le policier se mit à caresser doucement la bête. Quelle mouche l’a piqué pour oser un geste pareil ? Et là, surprise, le loup-garou devint docile et se mit à faire des léchouilles au policier.

Minuit sonnait à l’horloge de l’église, des bruits de pas résonnaient sur les pavés et soudain, un cri déchirant… Jack l’éventreur est de retour avec sa tronçonneuse. Ça va saigner ce soir ! « Ce cri est tout sauf un cri d’amour » se dit Sherlock Holmes. Depuis des mois, les policiers étaient aux trousses du tueur en série. Sherlock mit sa casquette et sortit, ignorant les ronflements de son acolyte Watson. Une gifle ! Il se réveilla dans un cri d’ours, prêt à se lancer dans la traque du tueur à travers les rues de Londres.  Bz bzbzbzbzzzzzzzz… Ding, dong, ding, dong, dong, dong ! Il est minuit, docteur Watson, une mouche s’est posée sur le toit de Big Ben.

     textes écrits à 4 mains par Michèle, Frédéric, Yannick et Sandrine

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s