Olive Kitteridge

Ce livre écrit par Elisabeth Strout a reçu le prix Pulitzer. Voilà un recueil de nouvelles particulier : on y retrouve le même personnage, à plusieurs moments de sa vie, tantôt au premier plan, tantôt en second rôle, tantôt très épisodiquement, et ce personnage prend ainsi des dimensions variées et toujours plus profondes. Qui est Olive ? La femme mégère du gentil Henry ? La prof de maths crainte par ses élèves ? La mère poule de Christopher ? La femme boulimique « affamée » plus encore d’amour que de nourriture ?… Cette femme rébarbative aux yeux de la plupart des personnages se révèle différente au fil des histoires ; sous ses airs de brute, elle est capable plus que d’autres de comprendre la détresse d’une adolescente anorexique, d’un jeune homme suicidaire, d’une petite fille solitaire… Son intervention, toujours mine de rien, dans la vie des personnes qu’elle croise change insensiblement quelque chose dans leur destinée ; ils peuvent reprendre un moment goût à la vie à son contact. Mais pourra-t-elle elle-même sortir de la solitude et reprendre espoir ?

Un livre bien écrit, qui rend bien l’ambiance d’une petite ville américaine, l’évolution d’une famille avec les héritages et ressentiments de chacun, les non dits… belle lecture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s